Les États généraux du film documentaire 2011 Une histoire de production : Nord-Ouest - Les Films du Tambour de Soie

Une histoire de production : Nord-Ouest - Les Films du Tambour de Soie


Chère Sylvie,

Depuis des années, nous cheminons bien souvent en parallèle, nous suivons avec attention les évolutions de l’autre, son actualité, ses difficultés et aussi ses réussites.
Tu as choisi de produire seule, même si tu es accueillie par une grande maison, Nord-Ouest, où la fiction fait le quotidien alors que toi, tu investis le champ documentaire. Tu as choisi de produire peu, et cela m’impressionne car je ne sais pas faire cela (pour tout un tas de bonnes et mauvaises raisons dont nous discuterons certainement). Tu produis des objets singuliers… qui m’ont totalement bluffé comme lorsque tu as accompagné une même année Barney Wilen, the Rest of Your Life de Stéphane Sinde, et Premier Noël dans les tranchées de Michaël Gaumnitz, deux ovnis magnifiques... Chaque année, nos chemins parallèles se croisent, à Saint-Laurent-sous-Coiron ou Lavilledieu. Nous profitons des interstices que nous laisse la gestion des « Rencontres d’août » pour faire le point sur nos projets, nos pratiques, nos envies...
J’ai hâte, chère Sylvie, de renouer avec le fil de nos discussions, au cœur du village, je veux dire à Lussas down-town

Cher Alexandre,

Oui, c’est vrai que dans la grande famille des producteurs, il y a différentes écoles, des affinités électives, et des façons plus ou moins opposées d’envisager notre métier. Je crois qu’effectivement nous sommes dans une familiarité de conception de notre rôle, à la fois proches des auteurs, des œuvres, de leur diversité et de leur qualité, tout en veillant à ce que celles-ci puissent exister dans la réalité de notre paysage audiovisuel. Je n’ai pas ton expérience, ni ton opiniâtreté à aller porter les projets dans tous les forums de la planète. En cela tu m’impressionnes, par l’ambition de tes stratégies de production, ne rechignant jamais à prendre un avion ni à aller t’exposer pour convaincre un aréopage de diffuseurs blasés dans cet exercice redoutable du pitch, qui, en sept minutes chrono, doit convaincre de l’intérêt ou non d’un projet. En vingt ans d’existence, les Films du Tambour de Soie ont tracé un beau sillon, notamment dans ce genre exigeant qu’est le film documentaire sur l’art. Malgré le temps qui passe et qui pourrait tenter toute personne normalement constituée d’aller vers le confort, tu continues, régulièrement, à produire des premiers films, ces entreprises complexes qui demandent du temps, de la patience et une bonne dose d’abnégation.
Retrouvons-nous à Lussas pour un après-midi au village, à débattre autour de l’exercice périlleux de nos vies de producteurs.
À très vite !

Vendredi 26 août à 14h45, Salle 5.

Débat en présence d'Alexandre Cornu et Sylvie Randonneix.