Albert Camus, l'icône de la révolte
Fabrice Gardel, Matthieu Weschler
2020 - 55 min - Couleur - France

Albert Camus est mort il y a 60 ans. Il nous manque. Ce n’est pas un hasard si, dans le monde entier, autant de défenseurs des libertés individuelles se réclament aujourd’hui de lui. À Hong Kong, au Chili, au Liban, on voit des manifestants brandir son portrait. Ses comptes Facebook et Instagram sont suivis par plus de deux millions de fans.
Face aux menaces populistes et autoritaires, militants des droits de l’homme, artistes et révoltés de toutes les générations se réapproprient cette figure iconique de la culture démocratique. Prix Nobel de littérature en 1957, Camus, qui reste un des écrivains francophones les plus lus dans le monde, est plus moderne que jamais.
À l’occasion de cet anniversaire, ce film retrace, sous une forme accessible à un large public, sa vie romanesque qui se confond avec son œuvre, ses combats et ses engagements qui résonnent avec les problématiques actuelles. Il s’appuie sur des images en partie inédites et des témoignages forts comme ceux de sa fille, Catherine Camus, du rappeur Abd Al Malik, auteur d’un livre sur l’écrivain et d’une adaptation de la pièce "Les Justes" au théâtre, ou encore du philosophe Raphaël Enthoven, un des meilleurs connaisseurs de l’auteur de "L’Etranger"…
Romancier, philosophe, journaliste et auteur de théâtre issu d’une famille pauvre d’Algérie, Camus s’est battu souvent seul contre les dérives totalitaires de son temps, le colonialisme, le fascisme ou le communisme. Il incarne l’homme révolté qui s’oppose à toutes les formes de tyrannie et d’oppression, mais qui refuse dans le même temps de transgresser ses valeurs - le respect de la personne humaine, l’ouverture aux autres et la tolérance. Il a défendu le peuple algérien ou des républicains espagnols avant la guerre, dénoncé la collaboration dans le journal clandestin "Combat" pendant l’occupation, plaidé contre la peine de mort ou la barbarie de l’arme nucléaire à la Libération. Et encouragé -en vain- la recherche d’un compromis pour mettre fin à la guerre d’Algérie.
Ses prises de position sont entrées dans l’Histoire. Elles renvoient aux violences d’aujourd’hui, le conflit israélo-palestinien, le terrorisme islamique, les déferlements de haine sur les réseaux sociaux... Le film nous fait aussi découvrir des aspects peu connus de sa vie personnelle, clé de compréhension de toute son œuvre.
Catherine Camus nous les raconte sans occulter les paradoxes de son père, celle d’un homme généreux, séducteur, jouisseur et solitaire, qui avait aussi sa part d’ombre.



Auteur-Réalisateur : Fabrice Gardel, Matthieu Weschler
Image : Louis-Paul Ordonneau, Josselin Mahot
Son : Matthieu Weschler
Montage : Matthieu Weschler
Producteur délégué : Plaj Productions
Diffuseur coprod. : Public Sénat
Diffuseur vente : Toute l'Histoire
Participation : CNC. COSIP

Distribution


Distributeur : Plaj Productions
Disponible au Club du doc