Jean Genet, un captif amoureux, parcours d'un poète combattant
Michèle Collery
2016 - 74 min - Vidéo Full HD - Couleur et Noir & Blanc - France

"En 1970, Jean Genet est un écrivain qui n’écrit plus. Bouleversé par le suicide de son amant, le funambule Abdallah, il n’a plus rien produit depuis "Les Paravents" (1961)", témoigne Albert Dichy, un des intervenants du film.
Comme beaucoup d’intellectuels français, Genet est sollicité d’abord par les Black Panthers puis par les révolutionnaires palestiniens en lutte pour récupérer leur territoire. Au lieu de signer des pétitions, il préfère se rendre directement sur place ; d’abord aux Etats-Unis où il rencontre tous les grands leaders de la cause noire, dont Angela Davis, puis en Jordanie où il restera six mois avec les feddayin sur leurs bases de combat. Et là commence peut-être la période la plus heureuse, en tout cas la plus enthousiasmante, de sa vie. Sous forme de conférences et d’articles dans la presse, il se voue tout entier à ces deux causes. Séduit par ces mouvements, il reprend vie. Il retrouve chez ces jeunes insoumis en perte d'identité quelque chose de sa propre vie d’enfant abandonné en révolte contre la France et ses institutions pénitentiaires.
En septembre 1982, il séjourne à Beyrouth chez son amie Leïla Shahid. Accompagnant la représentante de la Palestine, il est un des rares européens à entrer dans les camps palestiniens de Sabrah et Chatila qui viennent de subir un terrible massacre. Sous le choc, il rédige d’un jet le texte "Quatre Heures à Chatila" qui le ramène à la littérature à laquelle il se consacrera pleinement durant les trois dernières années de sa vie. Luttant contre le cancer qui le ronge il termine "Un captif amoureux" juste avant de mourir le 15 avril 1986.
Alternant images d’archives et de tournages au Liban et au Maroc, lectures par Denis Lavant et Clotilde Mollet, témoignages de ses amies Angela Davis et Leïla Shahid, entretiens avec des spécialistes de Jean Genet (Albert Dichy, Emmanuelle Lambert, Alain Milianti, Oliver Rohe, Marguerite Vappereau...), le documentaire restitue les épisodes clés des seize dernières années de la vie de Genet. "Un captif amoureux" écrit entre 1983 et 1986, et trouvé à son chevet, sera publié un mois après sa mort. Curieusement, alors que l'auteur se sait condamné par la maladie, ce livre dit de "souvenirs", révèle un Genet serein et en paix, réconcilié avec son passé d'orphelin. Le film se termine au Maroc dans le petit cimetière espagnol de Larache, face à la mer, où l'écrivain est enterré "comme un musulman", sa tombe orientée vers La Mecque.



Auteur-Réalisateur : Michèle Collery
Image : Florent Verdet
Son : Xavier Pons
Montage : Véronique Holley
Producteur délégué : Label vidéo
Participation : Procirep, CNC. COSIP, Angoa-Agicoa

Distribution


Distributeur : Michèle Collery

Distinctions

2018 - FICAR - Festival International du Cinéma d'Auteur de Rabat, Rabat (Maroc) : Sélection
2018 - Ljubljana LGBT Film Festival, Ljubljana (Slovénie) : Sélection
2017 - FICA - Festival International Cinématographique d'Alger, Alger (Algérie) : Prix du public