Les États généraux du film documentaire 2015 Séances spéciales Le bal des quinze ans du Master* ou la quinceañera

Illustration
Le bal des quinze ans du Master* ou la quinceañera
L'École documentaire
2015 - France - Couleur et Noir & Blanc - 420'

« J’ai vu faire ça dans un film. Les films ça sert à apprendre à vivre, à apprendre à faire des lits » dit Jean-Pierre Léaud dans La Maman et la Putain, en faisant son lit. Mais c’est aussi dans les films qu’on apprend à danser, dans la danse qu’on apprend à vivre. Et dans la vie qu’on apprend à filmer. Pas à pas. Coupé-décalé. Tourné-monté. Voir et se mouvoir. Un pied, deux pieds, trépied. Plan fixe. On avance. On se déhanche, on se retranche. On se cache derrière devant. On prend le temps, on recommence et on s’en danse. Ici on comprend que pour apprendre il faut s’y reprendre, jouer, tomber et retomber sur ses pieds. Le pas de côté, le regard décentré, le point de vue, point de côté, le tout est de savoir où se placer. Alors, entrez dans la danse, car ce soir-là au cinéma, il n’y aura plus de places assises !


Avoir quinze ans, c’est avoir déjà vécu quinze étés… mais il ne faut pas dénombrer sa vie en saisons, cela serre trop le cœur. À Lussas, les saisons comptent mais on ne les compte pas. Chaque moisson d’étudiants réinvente l’automne, l’hiver, ce qui suit… pour la première fois. Et leur première fois chaque fois redevient la nôtre. D’un peu partout, depuis maintenant quinze ans, ils viennent dans ce village pour quelque chose qui n’est pas dans le programme mais qui advient presque toujours : une expérience née de cette étrange étreinte à plusieurs avec le réel qui ne distingue pas, ici, le quotidien de la vie de la pratique du cinéma. Le cinéma, cet art insolent qui peut se saisir du présent... Mais comment filmer « ce qui est là, et puis plus ? » pour citer un des quelques 170 films de fins d’études réalisés depuis l’an 2 000. Comment réinventer ce qui est, sans trahir ? Comment regarder pour la première fois ? Comment filmer du côté de la vie ? Enfin, comment produire des formes en rupture avec le formatage programmé du monde ?
Chacun sa stratégie, l’école ne propose pas de formule, simplement quelques lignes de force dont la capacité à demeurer attentif et fragile n’est pas la moindre. Et fragiles, c’est vrai que nous le sommes par les temps féroces qui courent, comme le sont tant d’autres aujourd’hui qui sont nos proches. Mais nous sommes forts aussi de tous ceux qui viennent et reviennent ici, et s’y retrouvent.
Nous n’avons cure des commémorations. Mais nous sommes vivants aujourd’hui et le Master a quinze ans, c’est à dire toute la vie devant lui. Nous avions envie de fêter ça. Au Mexique on organise pour les filles de quinze ans le plus beau bal de leur vie…. Ça nous a donné cette idée d’une nuit entière à danser sur des films.

Chantal Steinberg

*Master documentaire de création (Ardèche Images / Université Grenoble 3)

Entrée libre


Auteur : Agnès Bruckert
Image : 100 ans d'extraits de films où ça danse, plus de 150 réalisateurs
Montage : Agnès Bruckert
Production : L'École documentaire
(ecoledocumentaire@lussasdoc.org)