Les États généraux du film documentaire 2010 Écritures numériques

Écritures numériques


  • Lundi 23 août - 10h00 - Salle 2 - Les Trois Écritures


    Rencontre avec Clarisse Herrenschmidt, membre de l'Institut d'anthropologie sociale du Collège de France, auteur de Les Trois Écritures, Langue, nombre, code1 exposant. Spécialiste des langues, des religions et des civilisations de l'Iran avant l'islam, mais aussi de la Grèce ancienne, Clarisse Herrenschmidt étudie l'histoire des écritures de l'homme occidental, depuis les bulles à calculi de Sumer (Iraq) et de Suse (Iran) jusqu'à l'Internet, en passant par le Moyen et le Proche-Orient, le monde grec et l'Europe. En procédant à la synthèse de ses travaux, elle entreprend de comparer trois systèmes d'écriture, les situant dans le contexte où ils ont vu le jour. 1 Les Trois Écritures : Langue, nombre, code, Bibliothèque des Sciences Humaines, éd. Gallimard, 2007.

    Lundi 23 août - 14h30 - Salle 2 - Expérimenter avec le web


    L'Internet est un média du réel. Depuis toujours. Et l'hypertexte reste le point de départ fondamental à toute réflexion. Et même si le lien bleu et souligné s'est transformé ces dernières années pour prendre des formes complexes et mouvantes, au fond c'est toujours la même histoire. L'hypertexte est une invention extraordinaire pour tout narrateur. Comment, depuis 2002, avons-nous réfléchi sur ces nouvelles formes d'écritures ? La délinéarisation est-elle une condition suffisante ? Comment penser des récits qui porteraient en eux les gênes de l'Internet ? Participation, temps réel, relation entre l'internaute et le programme, partage, multidiffusion mais aussi base de données, technologie, rupture des méthodes de production et périodes d'exploitation. Le territoire créatif est immense. Depuis plusieurs années, ma société Upian.com s'attache à explorer ce genre nouveau. De La Cité des Mortes à Prison Valley, en passant par Thanatorama et Gaza Sderot, nous avons produit, coproduit ou participé à de nombreux projets de web documentaires. Cet atelier sera l'occasion d'en discuter et d'étudier les bonnes comme les mauvaises idées. Un retour sur des pratiques, des expériences, des essais avec l'interactivité. Pour avancer. Alexandre Brachet

    Mardi 24 août - 10h00 - Salle 2 - Prison Valley


    Une anecdote, pour commencer. C'était un samedi, Prison Valley était en ligne depuis un mois. Dans les forums du web documentaire venait d'éclater une rude joute entre certains habitants de Cañon City, la « ville prison » que nous avions choisie de disséquer, et nous. C'est alors qu'un des protagonistes de notre film, un gardien de Supermax, l'Alcatraz des Rocheuses, est intervenu. En son nom. Pour défendre notre travail et notre droit au... droit de regard. La fatigue aidant - le ping-pong transatlantique était incessant -, l'un de nous a pleuré. C'était donc possible, ça avait marché : des spectateurs pouvaient désormais discuter directement avec des témoins d'un film, au sein même du film. Ce dialogue nouveau était l'une des voies que cherchait à ouvrir Prison Valley, objet hybride, à la croisée de trois expériences : le photo-journalisme (Philippe Brault), le documentaire (David Dufresne) et le développement web (Upian production). Dès le départ, nous n'étions pas sûrs de tout ce que nous allions mettre en place (récit linéaire couplé avec des bifurcations, emprunts à certains codes narratifs du jeu vidéo, interactivité, tchats, forums, intégration des réseaux sociaux, etc.) sauf d'une chose : il nous fallait explorer, chercher, tester. Certains dispositifs ont fonctionné ; d'autres nettement moins. Des débats ont surgi : comment l’espace et le temps, qu’offre Internet, modifient-ils le travail des auteurs-réalisateurs ? Quel est désormais notre rapport au réel, avec la multiplicité des écrans et des écritures ? Et surtout, en quoi des projets web documentaires transforment-ils notre rapport au réel ? David Dufresne et Philippe Brault

    Mardi 24 août - 14h30 - Salle 2 - Regard sur le web


    Nous découvrirons ensemble des projets en cours de développement ou déjà mis en ligne et partagerons avec le public ses propres expériences d’internaute ou de réalisateur.