Les États généraux du film documentaire 2018 Scam : Nuit de la radio

Scam : Nuit de la radio


UNE EXPÉRIENCE D’ÉCOUTE COLLECTIVE

Vendredi 24 à 21h00 à Saint-Laurent-sous-Coiron

Attention : pré-inscription obligatoire à l’accueil public du festival, places limitées.

Navettes gratuites Place de l’église à Lussas : 19h15, 19h45, 20h00, 20h30.


La Scam, en partenariat avec l’Ina et Radio France, vous invite à découvrir le programme sonore proposé par Karine Le Bail.

LE JOUR TOMBE, LA NUIT SE LÈVE

« La nuit fait un pas. Les choses de l’ombre vont vivre. » (Victor Hugo)

« Il n’y a plus de nuit », s’alarment les astronomes : la voûte céleste, vaincue par la clarté artificielle des villes, se dérobe toujours plus à nos yeux. « Il n’y a plus de nuit », disent les sans-sommeil, comme les appelait affectueusement Macha Béranger : la radio qui s’invitait dans les demeures, au creux de la nuit, a déserté les ondes. D’une nuit, l’autre, entre effacement et disparition, voici peut-être remise en jeu une certaine manière de voir le monde – celle où le jour, perdant l’avantage, laisse la nuit renverser l’ordre des choses et ouvrir un espace pour l’indistinct, l’indéterminé, le possible.

Longtemps, je me suis promenée dans les archives sonores pour écouter le jour tomber, et la nuit se lever. Ici, Duras est intervieweuse de rêves, Cendrars, compositeur nocturne d’une symphonie des bruits du monde, et Bachelard, spécialiste en « valeurs inconscientes ». On y rencontre un ciel étoilé, une vierge de minuit, un chanteur insomniaque, une médium, ses fantômes, et bientôt la « lumière tremblée de l’aube ». Là, s’entrouvrent des alcôves radiophoniques où des voix se parlent et se répondent à travers de longs silences – on a moins peur du silence, la nuit.
Karine Le Bail

Programme réalisé par Karine Le Bail, historienne, autrice radio.
Avec le concours d’Annie Lauzzana, documentaliste Ina, Frédéric Fiard, monteur/mixeur, Benoît Delbecq, musique du générique, et Camille Gabarra, visuel et design.


1H14 D’EXTRAITS SONORES À ÉCOUTER CASQUE SUR LES OREILLES

————————
1 / Une nuit dans les archives
Enfermé une nuit de 1952 au Club d’essai, petite enclave de création radiophonique nichée au cœur de Saint-Germain-des-Prés, le poète baroudeur Blaise Cendrars compose une Symphonie des bruits du monde.
1952, 2’22’’ © Ina
Rythmes et bruits du monde par Blaise Cendrars
Producteur : Blaise Cendrars
Réalisateur : Georges Godebert
————————
2 / Du crépuscule jusqu’à l’aube, la nuit prend son temps
Jean-Christophe Bailly déroule les temps de la nuit, cet « être vivant ».
1996, France Culture, 1’38’’ © Ina
ACR* – Le Sens de la nuit
Producteur : Petr Kral
Réalisateur : Jean-François Artero
————————
3 / Chanter et s’endormir
Les chasseurs-cueilleurs Hadza, au nord de la Tanzanie, sont une des plus anciennes tribus nomades d’Afrique. Le soir, fatigués du travail du jour, ils chantent avant de s’endormir.
1990, France Culture, 2’25’’ © Ina
ACR* – Une journée entière chez les Hadza (Tanzanie)
Productrice : Kaye Mortley
Réalisateurs : Roz Cheney et Phillip Ulman
————————
4 / Voûte étoilée
L’astrophysicien André Brahic raconte une échappée dans le désert, loin des villes « éclairées a giorno du soir au matin ».
2009, France Culture, 1’15’’ © Ina
Hors champs
Productrice : Laure Adler
Réalisatrice : Brigitte Bouvier
————————
5 / Voici l’heure…
Fragment du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, lu par François Chaumette.
1954, Chaîne Nationale (RTF), 1’ © Ina
Les Nuits décousues
Producteur : Jean-Jacques Morvan
Réalisateur : Alain Trutat
————————
6 / Les enfants n’y croient pas, mais ils en rêvent
Marguerite Duras aimait à penser que « l’enfance est un âge à part, qui ne précède pas l’âge adulte. C’est une sorte de préhistoire, fermée, sans communication avec l’autre ». En 1967, des enfants lui racontent des histoires.
1967, France Culture, 2’45’’ © Ina
Marguerite Duras : enfances
Producteur : Jacques Floran
Réalisateur : Georges Godebert
————————
7 / Au meurtre ! Réveillez-vous !
Paula Dehelly agresse sauvagement Michel Bouquet dans cette adaptation de La Femme rêvée de Wilkie Collins, auteur britannique du dix-neuvième siècle plutôt porté sur l’opium.
1951, Chaîne Parisienne (RTF), 4’26’’ © Ina
Les Lundis de Paris – Cinq histoires étranges
Auteur : Wilkie Collins
Réalisateurs : Ange Gilles et Georges Godebert
————————
8 / Le droit de rêver
Et si, comme Gaston Bachelard, nous demandions « aux grandes autorités de la radio de laisser aux valeurs inconscientes une demi-heure par jour » ?
1949, Chaîne Nationale (RDF), 2’ © Ina
Rêverie et radio – conférence d’André Bachelard au Centre d’études radiophoniques du Club d’essai
Producteur : Jean Lescure
————————
9 / Hypnos et Oneiros
L’un attache, l’autre libère : le psychologue Tobie Nathan parle du sommeil et du rêve.
2011, France Culture, 1’09’’ © Ina
L’Atelier intérieur – Le Baiser
Productrice : Aurélie Charon
Réalisateur : Thomas Dutter
————————
10 / En fermant les portes des yeux
En 2006, pour la série Le « Je » radiophonique, Hélène Cixous écrit une fiction sur le rêve.
2006, France Culture, 0’38’’ © Ina
ACR* – Ceci est un exercice de rêve
Producteurs : Hélène Cixous et Jean-Jacques Lemètre
Réalisateur : Lionel Quantin
————————
11 / Paris by night, 22h28
La nuit vue d’une antenne de police.
1970, France Culture, 0’13’’ © Ina
ACR* – Noctivague, Noctiluque, Paris, Nyctalope, Noctambule, Paris
Producteurs : René Farabet, Alain Jouffroy, José Pivin, Harold Portnoy, Alain Sotto
————————
12 / La lumière est éteinte ? Merci
L’ingénieur du son Daniel Deshays se souvient du programme Théâtre de l’étrange sur la chaîne Inter Variétés, qu’il écoutait adolescent, couché dans son lit.
2006, France Culture, 1’14’’ © Ina
Surpris par la nuit – À l’écoute
Productrice : Andrea Cohen
Réalisateur : Manoushak Fashahi
————————
13 / Enfin tranquille
Un Visiteur se laisse enfermer dans un mausolée afin d’admirer, seul, un Personnage embaumé. Une nuit étrange débute.
1966, Inter Variétés (ORTF), 2’34’’ © Ina
Théâtre de l’étrange – Le Personnage
adaptation de la comédie en un acte d’Andrée Chedid (Art & Comédie, 1998)
Le Visiteur / Le Personnage : Michel Bouquet
Réalisateur : Alain Barroux
————————
14 / Ce que la nuit développe
Des programmes mythiques des Nuits magnétiques, à partir de 1978, jusqu’à la dernière émission Du jour au lendemain, le 4 juillet 2014, le producteur Alain Veinstein a été cette magnifique voix de « l’entre-deux-jours », affectionnant les blancs et les silences : « Une parole qu’on écoute est une parole qui se cherche, qui s’invente au fur et à mesure qu’elle avance. »
1989, France Culture, 2’27’’ © Ina
Du jour au lendemain
Producteur : Alain Veinstein
Invité : Pierre Pachet pour son livre La Force de dormir aux Éditions Gallimard
Réalisateur : Bernard Treton
————————
15 / Esprit, es-tu là ?
Le savez-vous ? À la Maison de la Radio, à Paris, il y a une foule d’âmes errantes… La médium Patricia Darré nous les révèle.
2011, France Culture, 3’06’’ © Ina
Les Passagers de la nuit
Reportage : Charlotte Bienaimé
Producteur : Thomas Baumgartner
Réalisateur : Gilles Davidas
————————
16 / La Vierge de minuit
Durant la saison 1994-95, Kriss anime L’Heure du Krissme le samedi entre minuit et une heure du matin. Avec son « vampire préféré », l’écrivain Jacob Dellacqua, Kriss peut tout oser car « après minuit, ni vu, ni pris ».
1994, France Inter, 3’10’’ © Ina
L’Heure du Krissme
Productrice : Kriss Graffiti
Réalisatrice : Michèle Bedos
————————
17 / Merm-érotique
Longtemps, les nuits de France Inter ne furent pas conservées. On doit à quelques « journées test » captant vingt-quatre heures d’antenne sur des bandes de mauvaise qualité la trace de ces émissions nocturnes, telle À la nuit, la nuit, diffusée chaque soir entre minuit et une heure mais qui ne dura qu’une saison (1987-88) – elle était probablement trop licencieuse !
1987, France Inter, 1’55’’ © Ina
À la nuit, la nuit
Producteurs : Paula Jacques, Daniel Mermet
Réalisateur : Christian Rose
————————
18 / Paris by night, 0h35
1970, France Culture, 0’12’’ © Ina
ACR* – Noctivague, Noctiluque, Paris, Nyctalope, Noctambule, Paris
Producteurs : René Farabet, Alain Jouffroy, José Pivin, Harold Portnoy, Alain Sotto
————————
19 / Fernande chez Artur
En 1965, José Artur déboule sur France Inter avec son Pop Club de vingt-trois heures à une heure en direct du Bar Noir de la Maison de la Radio, qui devient très vite un point de ralliement pour les noctambules. Une nuit de 1972, Georges Brassens amène une chanson qu’il vient tout juste d’achever.
1972, France Inter, 4’44’’ © Ina
Le Pop Club
Producteur : José Artur
Interprète : Georges Brassens
————————
20 / Route de nuit
Conçue en 1955 par Roland Dhordain sur Paris Inter, ancêtre de France Inter, pour les automobilistes et les routiers, l’émission de service Route de nuit devient dès 1957 le premier programme vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui accompagne les travailleurs de nuit de une heure à six heures du matin. Roland Dhordain et l’animateur Bernard Marçay se souviennent au micro de Claude Villers, autre oiseau de nuit.
1981, France Inter, 2’55’’ © Ina
Il était une fois la radio – Speaker, un drôle de métier
Producteurs : Roland Dhordain et Claude Villers
Réalisatrice : Monique Desbarbat
————————
21 / Les Routiers sont sympa
« Ce que je représente ? Le compagnon de leur solitude, le copain, le frère. Je porte le tatouage dépanneur des solitudes indélébile sur ma peau », disait Max Meynier, l’animateur de cette émission culte de RTL, célèbre au point d’avoir été prise en otage une nuit de 1974.
2010, France Culture, 2’35’’ © Ina
Mégahertz – La Radio la nuit
Producteur : Joseph Confavreux
Réalisateur : Laurent Paulré
————————
22 / Paris by night, 1h17
1970, France Culture, 0’14’’ © Ina
ACR* – Noctivague, Noctiluque, Paris, Nyctalope, Noctambule, Paris
Producteurs : René Farabet, Alain Jouffroy, José Pivin, Harold Portnoy, Alain Sotto
————————
23 / Le jour on entend, la nuit on écoute
En 1994-95, sur la station publique suisse de la RTS Couleur 3, l’écrivaine Félicie Dubois a animé Les Dégradés, émission quotidienne de création diffusée de une heure à cinq heures du matin. De retour en France, elle a proposé ce principe d’émission à diverses chaînes de radio. Aucune réponse.
2010, France Culture, 1’59’’ © Ina
Mégahertz – La Radio la nuit
Producteur : Joseph Confavreux
Réalisateur : Laurent Paulré
————————
24 / Dans un studio-boeing
Invitée dans l’émission Pollen de Jean-Louis Foulquier, qui se trouve ce jour-là en duplex depuis La Rochelle, une très joyeuse et mutine Macha Béranger décrit son cérémonial avant de s’installer au micro.
1989, France Inter, 1’42’’ © Ina
Pollen
Producteurs : Jean-Louis Foulquier, Sylvie Coulomb et Didier Varrod
Réalisateur : Gilbert Aumond
————————
25 / Allô Macha
Au soir de la première émission de Macha Béranger sur les ondes de France Inter, en 1977, l’écrivaine Victoria Thérame écrivit : « Voilà que nous sort du poste une voix de dame langoureuse-rieuse, fondante, enamourée molto, un rien aéroport. [...] Macha va devenir un bienfait national. » L’émission fut retirée de l’antenne en 2006, prélude aux fermetures en série des radios de la nuit.
1981, France Inter, 4’37’’ © Ina
Allô Macha
Productrice : Macha Béranger
Réalisateur : François-Xavier Andreys
————————
26 / Recevoir, la nuit
Jean-Louis Foulquier se souvenait avec nostalgie de son Studio de nuit (1975-77). Dans ses mémoires, il décrit cet extraordinaire cabaret radiophonique pour nuiteux conçu comme une « carte blanche improvisée » : « Chaque nuit, la destination est inconnue, dangereuse, les barreurs et moussaillons interchangeables. [...] Pas de répétitions ni de balances, et des techniciens qui sont contraints d’entrer dans le jeu du direct le plus hasardeux. Cette bulle de liberté nocturne, cette oasis radiophonique fonctionnent, parce que tout est permis. Tout peut se dire, tout peut se faire ». Ici, avec le camarade Gérard Manset.
1983, France Inter, 1’23’’ © Ina
C’est la nuit : Gérard Manset
Producteur : Jean-Louis Foulquier
Réalisateur : Patrice Cresta
————————
27 / Nuit blanche
Il est des catastrophes vocales qui, la nuit, virent au sublime. Lorsque Christophe et Vincent Lindon « chantent » Les Mots bleus.
2015, France Inter, 1’40’’ © Ina
Nuit blanche – Vincent Lindon
Productrice : Pascale Clark
Réalisateur : Stéphane Le Guennec
————————
28 / La lumière tremblée des réverbères
À Paris, à partir de la seconde moitié du dix-huitième siècle, les premiers réverbères rendirent la nuit certes moins noire, mais pas moins déconcertante. Pierre Mac Orlan, romancier des mondes interlopes, peuplés de figures louches et autres quais des brumes, en savait quelque chose.
1955, Chaîne Nationale (RTF), 1’15’’ © Ina
Souvenirs de la nuit
Producteurs : Nino Frank et Pierre Mac Orlan
Réalisateur : Guy Delaunay
————————
29 / Les cons dorment
« La nuit, les gens veillent pour ne plus être emmerdés », note le philosophe Michaël Foessel. Alors Léo Ferré veillait, la nuit.
1993, 0’33’’ © Ina
Pollen – Léo Ferré
Producteur : Jean-Louis Foulquier
Feuilleton de Jean Chouquet
Réalisatrice : Maïté Adam
————————
30 / Attendre que la nuit…
… trouve en nous sa confidente.
Citation extraite du recueil Les Amis inconnus de Jules Supervielle (1934) © Éditions Gallimard
1988, France Culture, 3’30’’ © Ina
Du jour au lendemain, avec Philippe S. Hadengue, pour son livre Petite chronique des gens de la nuit dans un port de l’Atlantique Nord aux éditions Maren Sell et Cie.
Producteur : Alain Veinstein
Réalisateur : Bernard Treton
————————
31 / Au bord de l’épuisement, tout s’éveille
Au cœur de la nuit, entre trois et cinq heures du matin, l’infirmière de nuit veille et rassure. Anne Perraut Soliveres aime son métier.
2005, France Culture, 3’02’’ © Ina
Surpris par la nuit – Noir de lune
Productrice : Simone Douek
Réalisatrice : Anna Szmuc
————————
32 / Tout à coup vacilla un léger souffle blanc de lumière
Une voix semblant venir d’outre-tombe, à l’élocution lente, lit un poème de Jean Tardieu. C’est Alain Cuny.
1968, France Culture, 2’06’’ © Ina
L’Harmonie imitative – Jean Tardieu
Producteur : Jean-Pierre Colas
Œuvre : Cauchemar, extrait du recueil Accents de Jean Tardieu (Éditions Gallimard, 1939)
————————
33 / L’aube chemine…
Le poète Luc Bérimont a produit bien des émissions pour la radio. Dans cette fiction de 1957, il nous entraîne dans Paris au douzième siècle, sur le chantier de Notre-Dame, là où « la nuit est fixe comme un œil ».
1957, Chaîne Parisienne (RTF), 0’51’’ © Ina
La nuit n’a pas sommeil
Producteur : Luc Bérimont
————————
34 / …Et l’on entre dans la banalité, du jour
L’écrivain André Beucler évoque le passage de la nuit au jour.
1969, France Culture, 1’30’’ © Ina
Paroles de nuit
Producteur : Harold Portnoy
————————
35 / Dans le métro
Reportage sur le travail de nuit dans le métro, de l’attente sur le quai de la dernière rame à l’arrivée de la première, au matin.
1947, 0’51’’ © Ina
Nuit blanche : danger de mort
Producteur : Flavien Monod
Réalisateur : René Guignard
————————
36 / C’est l’heure de se lever
À la radio aussi on se lève, souvent vers six heures, parfois cinq... Sur France Culture, très longtemps, ce fut sept heures, avec l’incontournable Réveil musculaire de François Raynaud, jusqu’en 1973.
1963, Chaîne Parisienne (RTF), 1’28’’ © Ina
Le Réveil musculaire
Producteur : François Raynaud


*ACR : Atelier de Création Radiophonique