Les États généraux du film documentaire 2017 La Cinémathèque du documentaire

La Cinémathèque du documentaire


Vendredi 25
14h30 : réunion des partenaires, à huis clos, Salle de la mairie
18h15 : présentation publique, Salle Cinéma


En résonance avec la société, ses espoirs, ses rêves, ses inquiétudes, la création documentaire connaît une effervescence extraordinaire. Elle attire un public toujours plus nombreux. Au cinéma, à la télévision, sur les réseaux numériques, elle enrichit chaque jour un fonds d’une exceptionnelle diversité de regards, d’écritures et de formes.
L’exposition de ces œuvres est un enjeu majeur. Dans toutes les régions, de nombreux acteurs sont depuis longtemps mobilisés pour les diffuser.
À l’initiative de Julie Bertuccelli, alors présidente, la Scam (Société civile des auteurs multimédia) a œuvré pour fédérer leurs actions, leur donner un écho plus large et constituer une instance d’échange et de coordination.
En annonçant à Lussas le 25 août 2016 la création de la Cinémathèque du documentaire avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée, Audrey Azoulay, alors ministre de la Culture et de la Communication, a donné corps à ce rêve.
À peine nommée, Françoise Nyssen, nouvelle ministre de la Culture, a saisi tout l’enjeu de ce projet et l’a concrétisé à Cannes le 26 mai 2017 lors d’une séance de signature avec tous les partenaires.
La Cinémathèque du documentaire aura pour missions de contribuer au recensement et à l’identification des œuvres, favoriser leur circulation en procédant à des acquisitions communes, mettre en valeur les différentes actions du réseau, être force de propositions. Elle trouvera un écrin parisien au sein de la Bibliothèque publique d’information, qui assurera une programmation régulière de films documentaires.
La création de cette Cinémathèque du documentaire marque avec force la volonté des pouvoirs publics de permettre au documentaire d’investir l’espace public et de jouer pleinement le rôle central qui lui revient depuis l’origine du cinéma : saisir le réel, éclairer le présent et libérer l’imaginaire.
Pour vous présenter le projet et réfléchir ensemble à ce qu’il deviendra, deux rendez-vous : un temps d’échange réservé aux partenaires l’après-midi, suivi d’une présentation ouverte au public.