Les États généraux du film documentaire 2016 Journée Scam

Journée Scam


C’est un voyage particulier dans la création documentaire auquel nous vous convions au travers des cinq films retenus parmi la cinquantaine terminés depuis un an, lauréat.e.s de la bourse Brouillon d’un rêve, dispositif d’aide à la création de la Scam.
C’est un voyage dans le cœur et la mission de Brouillon d’un rêve : questionner avec les auteur.e.s, qu’ils/elles soient des candidat.e.s apprenti.e.s ou expérimenté.e.s, ce qu’est la création documentaire, au-delà d’un trop simple clivage entre « auteurisme » et « grand public », ouvrant la question des modèles culturels et de leur affranchissement. C’est ce que nous défendons et qui se joue au fil de l’an : une invitation faite aux auteur.e.s, persistante, à jouir de leur liberté de créer, en dehors de toutes contraintes formelles, de tout formatage de pensée.
Cette année, c’est grâce à l’engagement de Yaël André, Jacques Deschamps, Anna-Celia Kendall, Dominique Loreau au jury et de Dominique Cabrera, Alice Diop, Esther Hoffenberg, Stéphane Manchematin, Bernard Mangiante, Frédérique Pressmann, Axel Salvatori-Sinz, Régis Sauder, Juliette Senik et Cécile Vargaftig au sein du lectorat que nous avons pu encourager une centaine de projets parmi plus de mille reçus.
Qui sont ces 129 lauréat.e.s ? Ce sont légèrement plus de femmes (51 %) que d’hommes (48 %), une majorité d’auteur.e.s francilien.ne.s (64 %), des auteur.e.s de région (23 %) et étranger.e.s (12 %). Ils ont surtout en commun de nous faire part des dilemmes dont ils se sentent souvent prisonniers : d’un côté, écrire des projets d’une façon conventionnelle, « classique », et peut-être connaître la chance d’une diffusion télévisuelle sur une « grande chaîne », de l’autre côté, formuler des propositions plus singulières, risquées, personnelles et craindre de n’avoir aucune télédiffusion.
Sur les cinq films que nous avons choisi – avec le jury et le lectorat de Brouillon d’un rêve – de projeter cette année, un a été diffusé sur la RTBF, un est sorti en salle, deux sont ou seront diffusés par une ou plusieurs télévisions locales (Bip TV, Vosges TV, LMTV Le Mans), un dernier a été diffusé sur Mediapart.
Si beaucoup des auteur.e.s que nous croisons veulent encore croire aux possibles, à une télévision différente, audacieuse, et si nous observons un taux moyen de 49 % de télédiffusion depuis la création de Brouillon d’un rêve, nous observons que ce taux baisse sensiblement (33 % entre 2003 et 2013, en excluant les trois dernières années de lauréats dont les œuvres sont en cours de réalisation). Un nombre non négligeable d’entre eux fait cavalier seul, avançant coûte que coûte, sans diffuseur – parfois même volontairement sans producteur – pour faire voir leurs œuvres en salle, dans les festivals – sans ou avec une très faible rémunération.
Cette journée de projection est dédiée à tou.te.s les auteur.e.s épris.e.s de liberté !

Anne Georget
Présidente de la Scam


Débats en présence des réalisateurs/réalisatrices.