Les États généraux du film documentaire 2007 Café ciné

Café ciné



Blue Bar

Cinélangue(s)
Mardi 21 août à 19 h 30
Jouons à savoir toutes les langues, jouons à n’en comprendre aucune, apprenons les idiomes, écoutons les nuances, les accents, les ratés et les fulgurances. Regarder la langue qui est parlée, y voir le jeu des relations sociales, des identités, des hiérarchies et des rebellions.
Il ne faut que quelques minutes et une langue « commune » pour que les aristocrates et les ouvriers de La Grande Illusion se reconnaissent complètement, complètement séparés. Ailleurs, il ne faut qu’une phrase à chacun des personnages pour que l’un soit du Sud, l’autre du Nord, l’un du centre et l’autre de la périphérie, pour que soient dits les oppressions, les rapports de pouvoir, comme les brèches. Il suffit d’une inflexion, de la trace d’un dialecte, d’une tournure ou d’une subversion des mots pour savoir plus que ce qui se dit. Et pour voir plus, dans les mouvements des êtres filmés: modes d’adresse à la caméra, combat avec ou contre une langue. Expression. Les cinélangues, les langues devenues cinéma, rendent sensibles la complexité des liens entre les hommes, les territoires, les histoires.

Des yeux multiples
Jeudi 23 août à 20h30
Des «yeux» multiples cernent un vaste espace. Il faut que tout se voie, de partout. Que rien n’échappe. Caméras multiples, vision qui balaye les champs: tir croisé des axes complémentaires, chasse aux angles morts, contrôle total. Un fantôme rôde, celui du Dr Mabuse. L’omniprésent surveillant, le contrôleur ultime. À l’aide d’extraits de documentaires et de fictions, nous échangerons pensées et questions sur le multi-caméras, l’écran partagé, la vidéo de surveillance: dispositifs ou incarnations des registres du pouvoir.


Invités : Présentés par Marie-Pierre Duhamel-Muller et François Christophe, Irina Leimbacher.
Remerciements à Elisabeth Lequeret et Charlotte Garson.