Les États généraux du film documentaire 2006 Scam Brouillon d'un rêve

Scam Brouillon d'un rêve


Brouillon d’un rêve, l’aide singulière de la Scam aux désirs filmiques.

Dans l’esprit du souvenir de l'architecte Mallet-Stevens qui commanda à Jean Prouvé une porte en fer forgé sans en réclamer le dessin, la bourse Brouillon d'un rêve persiste depuis quatorze ans à faire confiance à des auteurs qui forment le dessein d'un vrai film à faire.

Cette aide, comme un électrochoc, encourage un auteur à un moment donné, toujours opportun, à avancer à l'air libre, enrichi par cette petite bouffée d'indépendance. Mécénat lisible dans le désarroi d'un métier durci, Brouillon d'un rêve, tous les deux mois, reconnaît des auteurs qui peuvent ainsi continuer de l’être et fait ressurgir des propositions filmiques au bord de la crise télévisuelle, d'autant plus urgentes qu'elles n'existaient déjà plus à l'horizon des lignes éditoriales. Une dette se crée pour ces auteurs, piqués d’une résistance renforcée, d’une ambition persistante et d’un désir réamorcé, de donner un film, un jour.

Aujourd’hui, sept de ceux-là figurent dans la carte blanche de la Scam à Lussas, sur les quarante films terminés cette année. Est-ce dire pour autant que tous les Brouillon d’un rêve sont prémonitoires ? Oui, pour près de 70 % d’entre eux sur les dix premières années de la bourse.

Evelyne Clavaud et François Caillat, auteurs réalisateurs, lecteurs cette année au sein du jury, accompagneront les auteurs de ces films tout au long de cette journée du 24 août.

Au cours de la journée, nous découvrirons L’Énergie de Pierre Bonnard de Yann Kassile, Closing your Eyes de Robin Hunzinger, Les Messieurs de Patrick Chiha, Les Âmes errantes de Boris Lojkine, Régis Jauffret, écrivain ou l’Ange du bizarre de Dominique Lucie Brard et des vidéo-chants d’habitants de St Ouen et de Paris issus de Qu’est ce que vivre de Christophe d’Hallivillée et Christine Spianti ponctueront chaque séance. Pour clore la journée, sera projeté Belzec de Guillaume Moscovitz.

Nouveau jury : Claudio Pazienza, Jean-Xavier de Lestrade, Olivier Horn, Sylvaine Dampierre, Evelyne Clavaud, Jean Brard, Marc Huraux et François Caillat.
Budget 2006-2007 de Brouillon d’un rêve : 250 000 euros.


Invités : Débats en présence des réalisateurs.